Les Ateliers

Avec, pour point de départ, des ateliers sociolinguistiques

En Français et en Italien Langue d’Intégration (FLI / ILI), l’apprentissage de la langue orale dans les situations de la vie quotidienne est d’abord privilégié, en lien direct avec l’environnement des apprenants. L’enseignement/apprentissage d’une langue d’intégration (LEI) se concentre principalement sur les préoccupations et les activités quotidiennes  d’une personne migrante: faire ses courses, inscrire ses enfants à l’école, suivre leur scolarité, s’inscrire dans les différents services sociaux auxquels elle a droit, aller chez le médecin, chercher et trouver un emploi etc.

Le projet « Langues Européennes d’Intégration » vise à mettre en place un nouvel outil de formation linguistique sur la base d’ateliers sociolinguistiques participatifs conçus et organisés par la Maison des Femmes de Schaerbeek, ECRIMED’ (Paris) et ARSAP (Perdenone).

Bruxelles

L’Atelier « Place aux Cheffes »

En Belgique, l’atelier culinaire « Place aux Cheffes » a été retenu comme base de travail. Cet atelier bénéficie du soutien de la Région de Bruxelles-Capitale dans le cadre du programme «Politique de la Ville».

Atelier dans lequel un « mix » a été imaginé entre les ateliers « Place aux Cheffes » et des ateliers d’éducation à l’écoute, avec comme leitmotiv « Apprendre à écouter pour mieux parler ».  Les savoir-faire utilisés dans la mise en situation des ateliers de cuisine et explicités oralement fournissent les contenus linguistiques à travailler, de façon structurée, lors des ateliers d’éducation à l’écoute.

Calendrier de l’atelier 

Au mois de septembre 2018 – ouverture des inscriptions à l’atelier.  Deux rencontres de groupes et un bref entretien individuel ont été organisés pour connaître les motivations des apprenantes à suivre l’atelier.

Au mois d’octobre 2018 – lancement des activités programmées pour l’atelier.   Celles-ci se sont structurées progressivement en fonction des besoins des apprenantes et de la grande flexibilité du groupe.

Cette flexibilité est une des caractéristiques de l’accueil pratiqué par la MDF, qui privilégie l’engagement volontaire et non-obligatoire des participantes dans un souci  d’ouverture et d’inclusion citoyenne.

Flexibilité dans le groupe et noyau dur – grande mouvance des participantes

Les inscriptions ont vu passer un nombre important d’apprenantes de nationalités diverses : Afghane, Pakistanaise, Marocaines, Espagnole, Tchéchènes, Syriennes, Serbe, Moldave, Turque, Chinoise…

Un noyau dur s’est toutefois créé, noyau qui a permis à de réels liens de se tisser, qui assure aujourd’hui une belle continuité de l’action menée, et qui se sent assez fort pour accepter et accueillir en son sein toujours de nouvelles venues!

Elles sont sur Facebook! 

Les réseaux sociaux témoignent de l’engagement et de l’enthousiasme des apprenantes inscrites à l’atelier sociolinguistique, elles ont su créer des moments solidaires autour d’un repas partagé avec divers convives, au gré de collaborations prévues ou imprévues!

Téléchargez le rapport

 

Atelier à Bruxelles: Videos 

Ces vidéos présentent une action d’éducation des adultes centrée sur le savoir expérientiel. Elle donne la parole aux femmes migrantes  pour parler de soi, de son propre pays  et de sa culture culinaire.

Rennes

L’atelier a permis aux apprenant.e.s de développer leurs compétences à interagir en français dans leur environnement, avec les Rennais (commerçant.e.s, employé.e.s de bibliothèques, de mairie, de divers services administratifs et culturels, responsables d’entreprise, guides, etc.), à prendre la parole devant un groupe (« collègues » d’atelier, formateur.rice.s…), d’avoir une meilleure connaissance de leur ville d’adoption (pour pouvoir mieux en parler et s’y déplacer plus aisément), à parler d’eux-mêmes, de leur parcours, de leurs centres d’intérêt, de leur  projet et donc à « raconter » leur parcours personnel et professionnel et à formuler des hypothèses, des souhaits, des projets pour l’avenir. 

Le cadre bienveillant et le rythme intensif ont permis aux apprenant.e.s de prendre confiance en eux, de se déplacer en autonomie, d’inviter des personnes à un forum, de s’informer sur des métiers, sur leur ville et les services qu’elle propose, de pouvoir s’exprimer en français sans crainte…. Ceci n’aurait pas été possible sans une collaboration étroite entre formatrices et animatrices du centre de formation et le soutien et l’investissement d’acteurs locaux et d’habitants qui les ont encouragé.e.s.  

 

Les apprenant.e.s ont presque tou.te.s atteint les objectifs fixés.  

– Neuf apprenants vont poursuivre leur parcours de formation linguistique en participant à un atelier « Passerelle vers l’Emploi ». 

– Une apprenante s’est vue proposer une formation complémentaire avec l’OFII. (Office français d’immigration et d’intégration). 

– Pour les cinq autres apprenant.e.s, dont les compétences linguistiques sont à consolider, des réponses individuelles ont été apportées par la Plateforme d’Evaluation et d’Orientation Linguistiques portée par Langue et Communication.

Rapport / Bilan

Pordenone

Trois ateliers sociolinguistiques participatifs on été organisé à Pordenone dans le cadre du projet LEI, un formel et deux informels

 1)    Atelier sociolinguistique formel: cours de langue et culture italienne, niveau A2

 Le cours de langue italienne pour demandeurs d’asile, géré par la coopérative «Nuovi Vicini», qui organise ces cours avec des fonds publics et pour le compte de la préfecture de Pordenone (ministère de l’Intérieur), a été identifié pour une expérimentation du modèle « APP » proposé par Klyolab, partenaire du projet LEI. Le dialogue « Du docteur » a donc été identifié, extrait d’une publication d’Arsap sur l’enseignement de l’italien pour les étrangers, dont la piste audio a été modifiée et filtrée par Klyolab, puis proposée sous cette forme au groupe des étudiants.

Une vingtaine de personnes originaires du Pakistan, d’Irak et d’Afghanistan ont participé à ce cours et 9 personnes ont atteint le niveau de compétence linguistique attendu.

L’expérience a été documentée avec la réalisation de la vidéo publiée sur le MOOC: « Dal Medico », tandis que dans la section du matériel didactique, les textes et les pistes audio correspondantes des autres dialogues suivants sont disponibles:

  1. « Ibrahim et Badu vont au travail »
  2. « Au téléphone » (appel professionnel)
  3. « Au commissariat »
  4. « en commun »
  5. « L’appel téléphonique » (rendez-vous)
  6. « Le docteur »
  7. « Recherche d’un emploi »
  8. « Au supermarché »
  9. « Lecture: le travail de Seth » (proche du passé)
  10. « Le brevet » (passé proche)
  11. « Zakari à l’hôpital » 1
  12. « A la recherche de la maison: dans l’agence »

 

2)   Atelier sociolinguistique informel : groupe chorale « Canto Sconfinato »

 

Arsap a choisi de mettre en valeur et d’améliorer l’expérience d’intégration transculturelle déjà existante à Pordenone. Le groupe chorale « Canto Sconfinato » est un groupe informel créé par diverses associations actives dans le secteur de l’accueil et du soutien aux migrants, et en particulier aux demandeurs d’asile (associations d’immigrés, coopératives: Itaca, Noncello, Nuovi Vicini, ACLI et FAI). Celui-ci regroupe une trentaine de personnes de 12 nationalités différentes (Afghanistan, Autriche, Gambie, Italie, Mali, Nigéria, Pays basque, Pakistan, Pologne, Portugal et Sénégal,…).

 « Canto sconfinato » est donc un lieu où différents habitants de la ville, stables ou temporaires, d’ethnies et d’histoires différentes peuvent apprendre à se connaître, et porter ainsi leur chant à tous les citoyens comme témoignage d’une « coexistence » non seulement possible, mais joyeuse et créative. L’interaction des personnes dans les différents aspects de la vie du choeur (répétitions, mouvements, organisation de concerts, divers moments de convivialité, même indépendants de l’activité musicale) constitue, en fait, un unique atelier sociolinguistique où l’apprentissage de la langue italienne se passe de manière informelle et naturelle et où l’approche autobiographique a été expérimentée à travers la musique.

3)    Atelier sociolinguistique informel :  « Le Cercle des Mères » 

« Il Circolo delle mamme » est un atelier sociolinguistique informel créé en même temps qu’une collaboration entre Arsap et une communauté d’immigrés bengalis vivant à Pordenone.En juin 2019, Arsap et la communauté du Bangladesh, Pordenone OdV, signent un accord de collaboration pour le lancement d’une université d’été bengali. Durant les mois d’été, de juin à septembre 2019, Arsap organisait le vendredi et samedi après-midi, pour 2 classes d’élèves de 6 à 12 ans et de 13 à 16 ans, des leçons consacrées à la culture et aux traditions du Bangladesh et à l’apprentissage de la langue maternelle (bengali) .
La participation à cette initiative a été régulière et enthousiaste, à la fois de la part des adultes (non seulement des parents, mais également des autres membres de la communauté) ainsi que des élèves qui, dans de nombreux cas, attendaient le rendez-vous hebdomadaire avec impatience. Parallèlement aux cours de langue bengali, un groupe de mères de la communauté, une dizaine environ, a participé à cours et à des tables de conversation en italien sur des sujets d’intérêt général concernant divers aspects de leurs cultures.

 

Il est particulièrement important de noter que pendant ces cours, les enfants ont également pu apprendre l’hymne national bengali (basé sur le texte du lauréat du prix Nobel R. Tagore) et l’interpréter en public lors du concert final du projet LEI: pour les membres de la communauté.

 

Et les ateliers d’éducation à l’écoute?

Lors des ateliers sociolinguistiques, nous utilisions plusieurs méthodes :

–          L’Approche Psycho phonologique: Mise au point par le médecin et chercheur français Alfred Tomatis, la méthode est une approche naturelle de stimulation neurosensorielle. Ses programmes d’écoute modifient la musique et la voix en temps réel pour capter l’attention du cerveau et développer nos facultés motrices, émotionnelles et cognitives. 

–          La biographie transculturelle.